Le Royaume d’Aramie

Il y a plusieurs millénaires, le royaume immense qu’est l’Aramie aujourd’hui, était peuplé par des tribus nomades et de petites bandes disparates qui changeaient continuellement de locations, suivant les déplacements des hardes de gibier et au gré des saisons. Au fil du temps, ces gens apprirent à vivre en groupes plus nombreux et se mirent à cultiver des céréales et des légumes qui venaient compléter leur nourriture principale qui était le produit de la chasse. Ils capturèrent aussi des chevaux sauvages qu’ils dressèrent et utilisèrent pour travailler la terre

 

Des hameaux s’établirent et un semblant d’organisation vit le jour. Des hordes de guerriers, venus du Sud, commencèrent à attaquer ces villages pour enlever les jeunes femmes et s’emparer des quelques biens que ces petites communautés avaient réussi à accumuler. N’étant pas préparés, ces pauvres gens voyaient tous leurs efforts anéantis. Ils ne savaient pas se défendre, étaient sans armes et n’avaient pas de chef. Les années passèrent. Les occupants de cette terre hostile se groupèrent en agglomérations de plus en plus grandes. Des villages se formaient à mesure que la population grandissait. Les cultures se diversifiaient et s’étendaient sur un territoire de plus en plus vaste. Les habitants décidèrent d’ériger des murs autour des hameaux les plus importants et apprirent à fabriquer des arcs et des flèches. On fabriquait aussi des coutelas qui servaient autant d’armes d’attaques que défensives.
Des siècles passèrent. Puis des millénaires. Des villes se développèrent et on vit des hommes d’une grande sagesse s’élever au plus haut commandement, mais aussi, des individus perfides qui n’avaient que le pouvoir en tête et leur propre fortune comme objectif.

 

Un jour, un citoyen appelé Alexandre, d’origine modeste, se leva contre le tyran d’alors et prit le pouvoir après des années de guerre. Ce soldat était terrible dans la bataille, il ne faisait aucun quartier à moins que les vaincus ne s’inclinent devant son autorité et jurent de ne plus prendre les armes, sauf pour défendre l’Aramie, leur nouvelle patrie.

 

Souvent, Alexandre, en chef sage et intelligent, nommait les généraux vaincus à des postes importants dans l’armée ou le gouvernement. C’est ainsi que le territoire se pacifia. Alexandre annexa la plus grande partie des terres encore libres et les petits royaumes disparates qui se faisaient la guerre entre eux. Le dernier à se joindre à l’Aramie fut la Baldée, ce qui fit de l’Aramie la plus grande contrée connue.